Archives de catégorie : Restitution 2D/3D

3D Digitization of Casa di Nettuno ed Anfitrite, Herculaneum

Digitization of architecture. Restitution of the decors

One of the objectives of the ANR VESUVIA project is to reconstruct the different phases of the architecture and ornatus of some houses of Herculaneum. Among its achievements, the project plans to disseminate some of its methods and results through the realization of a 3D model  of the casa di Nettuno ed Anfitrite of Herculaneum (V, 6-7).

If we take care to respect certain rules of ethics, 3D reconstruction can be a formidable heuristic tool and allows the transmission of results from archaeological and historical activities (cf London Charter). The visual interface that we designed allows to visualize several states of the house. Visible states vary from one room to another, depending on the results we have achieved. It also seemed important to us to be able to propose, if necessary, several hypotheses of restitution, when the gaps are too numerous and that several versions were envisageable.

See our video on youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=VXoR7g0VR0w&feature=youtu.be

and Read here our last publication

 

VESUVIA au Salon Innovatives CNRS 2017

Le salon Innovatives du CNRS – salon de la valorisation en Sciences Humaines et Sociales – s’est tenu à Marseille les 17-18 mai 2017.

Une visite virtuelle du triclinium de la Casa di Nettuno ed Anfitrite à Herculanum était proposée aux visiteurs sur le stand de l’UMS Archéovision.

Avec un dispositif comprenant un casque de réalité virtuelle et une manette de déplacement, l’utilisateur est plongé dans l’espace restitué du triclinum tel qu’il se présentait en 79 ap. J-C.

Une des valeurs ajoutées du modèle 3D créé par Archéovision pour VESUVIA, est qu’il établit une relation entre les décors et les sources historiques et archéologiques sur lesquels nous nous appuyons pour la réalisation des infographies. La manette permet à l’utilisateur de pointer vers les éléments de décor ou de mobilier de son choix, pour obtenir l’ouverture d’une fenêtre virtuelle affichant les sources (document d’archives, photo anciennes, gravure du XVIIIe siècle…)

Restituer Herculanum: des archives de fouilles aux reconstitutions 3D. Contribution à l’étude des maisons herculanéennes

Samedi 5 novembre 2016, Toulouse,

à la Société de géographie de Toulouse
Hôtel d’Assézat, 7 place d’Assézat (métro Esquirol ou Carmes).

 Restituer Herculanum: des archives de fouilles aux reconstitutions 3D. Contribution à l’étude des maisons herculanéennes

 Journée d’étude  organisée par  A. Dardenay (TRACES) & A. Grand-Clément (PLH-ERASME) dans le cadre du programme ANR VESUVIA (ANR-13-JSH3-0005)

Les nouveaux moyens informatiques (imagerie virtuelle 3D, réalité augmentée,…) permettent désormais de produire des restitutions d’édifices antiques qui aident les historiens à mieux appréhender la fonctionnalité de ces espaces et le rôle joué par le décor dans les « modes d’habiter » des Anciens. Mais, pour parvenir à des reconstitutions aussi complètes et fiables que possible, il faut travailler avec prudence et rigueur, en rassemblant l’ensemble de la documentation disponible. Dans le cas de sites ou de maisons fouillés depuis longtemps, par exemple, il est nécessaire de recourir aux informations livrées par les archives (carnets de fouilles, correspondances scientifiques, inventaires de musées, témoignages de voyageurs, premières publications dans les « musées de papier », plans, photographies, dessins…).

Le cas d’Herculanum, ensevelie en 79 de notre ère par les nuées ardentes rejetées par le Vésuve, fournit à cet égard un terrain d’expérimentation fécond. Découvert au début du XVIIIè s., avant Pompéi, le site archéologique a joué un rôle déterminant dans l’histoire de la réception de l’Antiquité romaine dans le monde européen, à plusieurs égards : il a suscité à la fois l’intérêt des érudits, la convoitise des autorités politiques et l’engouement du grand public. Herculanum a ainsi fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles successives, dont l’histoire, bien documentée par des archives, permet de suivre la naissance et le développement de l’archéologie, jusqu’au XXè s. Les découvertes qui y sont effectuées sont largement médiatisées ; elles enrichissent la connaissance de l’habitat, de la société et des manières de vivre des Romains, et contribuent aussi à influencer les pratiques artistiques et même les modes de vie des Européens. Il s’agit d’une des étapes privilégiée du Grand Tour, avec Pompéi : de nombreux voyageurs et artistes ont visité le site, impressionnant par la qualité de conservation des maisons, plus grande qu’à Pompéi (étages, mobilier en bois,…). Pourtant, à la différence de cette dernière, Herculanum n’a pas fait l’objet d’une enquête d’envergure.

Voilà pourquoi le programme de recherche VESUVIA travaille depuis deux ans sur l’habitat d’Herculanum et son décor peint. L’objectif est de reconstituer les différentes étapes de l’architecture et de l’ornatus des maisons et de comprendre l’organisation sociale et l’articulation entre les édifices, au sein d’un même quartier. Une des étapes nécessaires consiste donc à rassembler toute la documentation disponible afin de reconstituer le plus finement possible l’histoire du site et de sa découverte. C’est dans ce cadre que l’équipe PLH-ERASME, spécialisée dans le domaine de la réception de l’Antiquité, s’est trouvée associée au projet. L’objet de la table ronde, qui rassemblera les différents partenaires impliqués dans VESUVIA, sera de faire le point sur les procédures permettant, depuis l’enquête sur le terrain ou en archive, de parvenir à reconstituer l’apparence intérieure des différentes pièces des maisons, en y associant leur décor et les éléments de mobilier. Quelle est la nature de la documentation archivistique (graphique ou écrite) disponible ? Comment l’utiliser au mieux ? Dans quelle mesure la façon dont une maison a été fouillée a-t-elle des incidences sur notre connaissance actuelle de l’édifice ? Les enjeux sont donc bien en partie d’ordre historiographique et méthodologique. En s’intéressant à la variété des documents d’archives, du XVIIIè au XXè s. et à la façon dont ils éclairent l’histoire du site et permettent de reconstituer l’état d’Herculanum lors de son ensevelissement, on réfléchira à la manière dont la science archéologique s’est développée, en adaptant ses méthodes, ainsi qu’aux conséquences des découvertes effectuées, qui ont affecté la tradition européenne et modifié l’image que l’on avait alors de l’Antiquité.

Pour tenter d’apporter un éclairage nouveau et original sur l’histoire des fouilles d’Herculanum et sa réception depuis le XVIIIè s., nous avons choisi de prendre l’exemple de deux maisons, qui permettent d’étudier et de comparer des cas de figure différents : la Maison d’Argos et la Maison de Neptune et Amphitrite. La première, une grande demeure découverte en 1828, possédait à l’époque un étage encore en place, qui s’est depuis écroulé, mais que l’on peut connaître grâce aux documents d’archive. La manière dont elle a été fouillée nous renseigne bien sur les méthodes de travail et préoccupations des archéologues du XIXè s. et les restaurations dont elle a pu faire l’objet témoignent des soucis de conservation qui émergent alors. Quant à la Maison de Neptune et Amphitrite, fouillée et étudiée par Maiuri (XXè s.) elle est suffisamment documentée pour permettre une restitution 3D aussi complète que possible des décors et du mobilier disparus.

La table ronde permettra de confronter les modes opératoires mis en œuvre, depuis la collecte des documents d’archive jusqu’aux restitutions infographiques nécessaires à la modélisation 3D (on pourra notamment réfléchir à l’intégration des documents d’archives dans la modélisation 3D).

Le programme est disponible ici : Programme » Restituer Herculanum » 5 novembre

Nous adressons nos remerciements les plus sincères et chaleureux à la Société de géographie de Toulouse pour son hospitalité.

« Habitat et société à Herculanum », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome

Alexandra Dardenay, Hélène Eristov et Marie-Laure Maraval, « Habitat et société à Herculanum », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Les cités vésuviennes, mis en ligne le 12 juin 2014, consulté le 23 février 2016. URL : http://cefr.revues.org/1222

Triclinium 2 Casa dell' atrio Corinzio. Restitution idéale des murs nord/sud. Intégration des éléments restituables sur le relevé graphique intégratif en nuances de gris (2010). Marie-Laure Maraval (infographie), Programme Vesuviana / Projet Domus Herculanensis Rationes, Université de Bologne, DiSCi (Dipartimento di Storia, Culture, Civiltà).
Triclinium 2 Casa dell’ atrio Corinzio. Restitution idéale des murs nord/sud. Intégration des éléments restituables sur le relevé graphique intégratif en nuances de gris (2010). Marie-Laure Maraval (infographie), Programme Vesuviana / Projet Domus Herculanensis Rationes, Université de Bologne, DiSCi (Dipartimento di Storia, Culture, Civiltà).

Dans le cadre du projet VESUVIA (Vivre Ensemble. Société et Urbanisme d’une Ville de l’Italie romaine) financé par l’ANR (programme JCJC, 2014-2018), nous menons une enquête exhaustive sur l’évolution du bâti et des programmes ornementaux des édifices d’Herculanum. Le site – fossilisé par l’éruption du Vésuve de 79 ap. J.-C. – présente un potentiel extraordinaire pour appréhender la construction et l’évolution d’une société antique, dans toute sa diversité. L’ambition du projet VESUVIA est de mener une étude archéologique novatrice mobilisant toutes les sources disponibles, grâce à une équipe européenne et interdisciplinaire (archéologie, histoire, histoire de l’art, sociologie). Lors de sa découverte au XVIIIe siècle (1738), le site a fait l’objet de fouilles par un système de tunnels creusés dans le matériau éruptif dont l’objectif était de récupérer des œuvres d’art et des éléments de décor antique pour alimenter les collections des rois de Naples. Durant ces opérations, des milliers de tableaux peints, portions de parois, de mosaïques, ainsi que des œuvres statuaires et tous les artefacts découverts ont été arrachés à leur contexte. L’étude archéologique du site d’Herculanum nécessite donc un premier travail de remise en contexte de tous les éléments de culture matérielle.

Article à télécharger

« Habitat et société à Herculanum. Campagne 2014 du projet ANR VESUVIA », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome

 

Alexandra Dardenay, Agnes Allroggen-Bedel, Hélène Eristov, Marie-Laure Maraval et Nicolas Monteix, « Habitat et société à Herculanum », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Les cités vésuviennes, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 février 2016.  URL : http://cefr.revues.org/1339

Localisation de la casa di Nettuno ed Anfitrite dans le contexte de l'insula V d'Herculanum (Plan : M.-L. Maraval)
Localisation de la casa di Nettuno ed Anfitrite dans le contexte de l’insula V d’Herculanum (Plan : M.-L. Maraval)

Les campagnes 2014 (juillet et septembre) du programme VESUVIA (Vivre Ensemble. Société et Urbanisme d’une Ville de l’Italie Antique) ont permis de progresser significativement dans l’acquisition de données sur le site d’Herculanum, au Musée archéologique de Naples et dans les archives de laSoprintendenza di Pompei, Ercolano e Stabia. Parallèlement à l’enregistrement des décors et des données architecturales dans la base Domus©, nous avons pu avancer dans la restitution en contexte des peintures prélevées et déposées au Musée de Naples.

Article à télécharger