Restituer Herculanum: des archives de fouilles aux reconstitutions 3D. Contribution à l’étude des maisons herculanéennes

Samedi 5 novembre 2016, Toulouse,

à la Société de géographie de Toulouse
Hôtel d’Assézat, 7 place d’Assézat (métro Esquirol ou Carmes).

 Restituer Herculanum: des archives de fouilles aux reconstitutions 3D. Contribution à l’étude des maisons herculanéennes

 Journée d’étude  organisée par  A. Dardenay (TRACES) & A. Grand-Clément (PLH-ERASME) dans le cadre du programme ANR VESUVIA (ANR-13-JSH3-0005)

Les nouveaux moyens informatiques (imagerie virtuelle 3D, réalité augmentée,…) permettent désormais de produire des restitutions d’édifices antiques qui aident les historiens à mieux appréhender la fonctionnalité de ces espaces et le rôle joué par le décor dans les « modes d’habiter » des Anciens. Mais, pour parvenir à des reconstitutions aussi complètes et fiables que possible, il faut travailler avec prudence et rigueur, en rassemblant l’ensemble de la documentation disponible. Dans le cas de sites ou de maisons fouillés depuis longtemps, par exemple, il est nécessaire de recourir aux informations livrées par les archives (carnets de fouilles, correspondances scientifiques, inventaires de musées, témoignages de voyageurs, premières publications dans les « musées de papier », plans, photographies, dessins…).

Le cas d’Herculanum, ensevelie en 79 de notre ère par les nuées ardentes rejetées par le Vésuve, fournit à cet égard un terrain d’expérimentation fécond. Découvert au début du XVIIIè s., avant Pompéi, le site archéologique a joué un rôle déterminant dans l’histoire de la réception de l’Antiquité romaine dans le monde européen, à plusieurs égards : il a suscité à la fois l’intérêt des érudits, la convoitise des autorités politiques et l’engouement du grand public. Herculanum a ainsi fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles successives, dont l’histoire, bien documentée par des archives, permet de suivre la naissance et le développement de l’archéologie, jusqu’au XXè s. Les découvertes qui y sont effectuées sont largement médiatisées ; elles enrichissent la connaissance de l’habitat, de la société et des manières de vivre des Romains, et contribuent aussi à influencer les pratiques artistiques et même les modes de vie des Européens. Il s’agit d’une des étapes privilégiée du Grand Tour, avec Pompéi : de nombreux voyageurs et artistes ont visité le site, impressionnant par la qualité de conservation des maisons, plus grande qu’à Pompéi (étages, mobilier en bois,…). Pourtant, à la différence de cette dernière, Herculanum n’a pas fait l’objet d’une enquête d’envergure.

Voilà pourquoi le programme de recherche VESUVIA travaille depuis deux ans sur l’habitat d’Herculanum et son décor peint. L’objectif est de reconstituer les différentes étapes de l’architecture et de l’ornatus des maisons et de comprendre l’organisation sociale et l’articulation entre les édifices, au sein d’un même quartier. Une des étapes nécessaires consiste donc à rassembler toute la documentation disponible afin de reconstituer le plus finement possible l’histoire du site et de sa découverte. C’est dans ce cadre que l’équipe PLH-ERASME, spécialisée dans le domaine de la réception de l’Antiquité, s’est trouvée associée au projet. L’objet de la table ronde, qui rassemblera les différents partenaires impliqués dans VESUVIA, sera de faire le point sur les procédures permettant, depuis l’enquête sur le terrain ou en archive, de parvenir à reconstituer l’apparence intérieure des différentes pièces des maisons, en y associant leur décor et les éléments de mobilier. Quelle est la nature de la documentation archivistique (graphique ou écrite) disponible ? Comment l’utiliser au mieux ? Dans quelle mesure la façon dont une maison a été fouillée a-t-elle des incidences sur notre connaissance actuelle de l’édifice ? Les enjeux sont donc bien en partie d’ordre historiographique et méthodologique. En s’intéressant à la variété des documents d’archives, du XVIIIè au XXè s. et à la façon dont ils éclairent l’histoire du site et permettent de reconstituer l’état d’Herculanum lors de son ensevelissement, on réfléchira à la manière dont la science archéologique s’est développée, en adaptant ses méthodes, ainsi qu’aux conséquences des découvertes effectuées, qui ont affecté la tradition européenne et modifié l’image que l’on avait alors de l’Antiquité.

Pour tenter d’apporter un éclairage nouveau et original sur l’histoire des fouilles d’Herculanum et sa réception depuis le XVIIIè s., nous avons choisi de prendre l’exemple de deux maisons, qui permettent d’étudier et de comparer des cas de figure différents : la Maison d’Argos et la Maison de Neptune et Amphitrite. La première, une grande demeure découverte en 1828, possédait à l’époque un étage encore en place, qui s’est depuis écroulé, mais que l’on peut connaître grâce aux documents d’archive. La manière dont elle a été fouillée nous renseigne bien sur les méthodes de travail et préoccupations des archéologues du XIXè s. et les restaurations dont elle a pu faire l’objet témoignent des soucis de conservation qui émergent alors. Quant à la Maison de Neptune et Amphitrite, fouillée et étudiée par Maiuri (XXè s.) elle est suffisamment documentée pour permettre une restitution 3D aussi complète que possible des décors et du mobilier disparus.

La table ronde permettra de confronter les modes opératoires mis en œuvre, depuis la collecte des documents d’archive jusqu’aux restitutions infographiques nécessaires à la modélisation 3D (on pourra notamment réfléchir à l’intégration des documents d’archives dans la modélisation 3D).

Le programme est disponible ici : Programme » Restituer Herculanum » 5 novembre

Nous adressons nos remerciements les plus sincères et chaleureux à la Société de géographie de Toulouse pour son hospitalité.