Archives de catégorie : Événements scientifiques

Colloque Anthropologie de l’Habitat romain/ Anthropology of Roman Housing

Anthropologie de l’habitat romain

Anthropology of Roman Housing

Rencontre internationale,

Ecole française de Rome,

25-26 juin 2018

 

Workshop_Vesuvia-2018-Programme

Lundi 25 juin

9h : Accueil des participants

Saluti — Nicolas Laubry

9h15-9h45 : Introduction — Alexandra Dardenay

9h45-13h15 : Session 1 — Flexibilité et multifonctionnalité des espaces domestiques : questions d’identification et de désignation

Session 1 – Flexibility and multifunctionality of domestic spaces: issues of identification and designation

9h45-10h15 : S. Zanella (Université de Montpellier), L’archéologie des espaces domestiques, fonctions et dénominations : un point sur la question.

10h15-10h45 : A. Anguissola (Università di Pisa), Domus or Villa? Space and Society in the Terrace Houses of Pompeii

10h45-11h30 : E. Proudfoot (University of Oxford), Locating the ‘Hibernacula‘ in Campanian Atrium-Peristyle Houses: the Evidence from Pompeii.

11h30-11h45 : Pause café

11h45-12h15 : J. Andrews (University of Reading), Rooms with a view: status, spatial hierarchy and seasonality in the upper floors of houses at Herculaneum.

12h15-12h45 : A. Coralini (Università di Bologna), Lucrum facere: strategie d’uso degli spazi domestici nell’ultima Pompei.

Discussion de la session 1

13h15-14h30 : Pause déjeuner

14h30-18h : Session 2 — Le quotidien des espaces domestiques : usages et perceptions

Session 2- The everyday life of domestic spaces: uses and perceptions

14h30-15h00 : P. Lohmann (Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg), Written interactions – approaching daily life and domestic space through graffiti.

15h00-15h30 : M. Mauger (Université de Brest), Cultes domestiques et habitat modeste : perception et délimitation de l’espace de vie.

15h30-16h : Th. Derrick (University of Leicester), Domestic Sensory Archaeology in Rome’s Northern Provinces

16h15-16h45 : A. Bouet (Université de Bordeaux-Montaigne), La maison par le petit bout de la lunette : les latrines en contexte domestique

Discussion de la session 2

Mardi 26 juin

9h30-13h30 : Session 3 – Les espaces domestiques et leurs occupants : entre vestiges matériels et structuration des unités familiales

Session 3 – Domestic spaces and their occupants: between material remains and the structuring of family units

9h30-10h00 : J. Bermejo Tirado (Universidad Carlos III de Madrid),  House form and Household structure in the cities of Roman Celtiberia

10h-10h30 : R. Berg (University of Helsinky), Locating Female Presence and Use of Toiletries in Pompeian Houses

10h30-10h45 : Pause café

10h45-11h15 : M. Zarmakoupi (University of Pennsylvania), Between public and private: The Italian houses of late Hellenistic Delos

11h15-11H45 : M. Tirel (Université de Rennes),  Des morts chez les vivants ! Les nouveau-nés et les nourrissons inhumés au sein des espaces domestiques de Gaule romaine

11h45-12h15 : Discussion de la session 3

12h15-12h45 : Conclusions par Vincent Jolivet (CNRS)

 

Présentation

À l’heure où l’on s’interroge sur le lien social, sur l’influence de l’architecture dans les modes de vie et sur les relations entre les quartiers, la rencontre se propose d’aborder l’étude des « modes d’habiter » dans l’espace urbain à l’époque romaine.
C’est sous l’influence de Vitruve, notamment, que les études sur l’habitat romain envisagent la maison essentiellement comme espace de représentation ou de mise en scène, en se focalisant sur la maison des élites et excluant de facto l’essentiel des habitations. Ces dernières années, la dénonciation des limites de la terminologie vitruvienne dans la dénomination des espaces de la domus et la structuration de l’espace domestique revient régulièrement sous la plume des chercheurs, mais sans que des alternatives pleinement satisfaisantes y aient été apportées. Deux axes principaux de recherche ressortent de la littérature scientifique actuelle : d’une part, les questions de planimétrie, de typologie, de dénomination des espaces, de juridiction (rapports entre droit romain et construction privée) : d’autre part, la place de la culture matérielle dans l’espace domestique et son rôle dans la définition de la fonction des espaces.
Pourtant, une grande partie de l’habitat urbain d’époque romain attend toujours une étude globale, non seulement architecturale mais aussi et surtout sociologique et anthropologique. Diverses approches ou objets suscitent par ailleurs un intérêt croissant : les gender studies, l’analyse des sanitaires domestiques, les odeurs dans la maison, l’analyse des mouvements dans l’espace domestique, la vie « matérielle » des esclaves, la saisonnalité de l’occupation des espaces etc. Il faut y ajouter la question de l’articulation entre vie privée et vie professionnelle, notamment chez les plus modestes des plébéiens, et la porosité partielle, contrainte ou volontaire, entre elles dans les espaces d’habitat reste à encore approfondir. L’approche anthropologique sur l’habitat antique permet de questionner les interdépendances entre les membres de la familia et leurs habitations, ouvrant ainsi l’enquête sur plusieurs aspects d’histoire sociale, comme par exemple la vie conjugale, les stratégies de cohabitations entre agnats et membres de la familia ou les décisions de fractionnement ou de fusion du patrimoine.

Summary

At a time when we reflect much on the issue of social cohesion, on the influence of architecture in lifestyles and on relationships between neighborhoods within large modern cities, our project aims to approach the study of « inhabitating modes » in roman urban dwellings.
It is under the influence of Vitruvius that studies of the Roman dwelling essentially frame the house as a staging area or background for representation, focusing on the homes of elites and excluding, de facto, the majority of dwellings within the field of study. In recent years, there has been growing criticism of the limits of Vitruvian terminology in the description of the spaces within the domus and the structuring of domestic space, but no fully satisfactory alternative has yet been proposed. Two main axes of research have emerged from this line of inquiry: on one hand questions of planning and layout, typology, terminology, and jurisdiction (the relationship between Roman law and private construction); on the other hand the place of material culture in the domestic space and its role in the definition and function of these spaces.
To put it another way, at present, the large majority of Roman urban dwellings has yet to be studied in a holistic manner (architectural, sociological, anthropological), in spite of the great potential for such studies. This field of study is currently undergoing a period of disciplinary revitalization driven by intersecting interests in (for instance) gender studies, the odors of the house, the organization of space and the analysis of movement in domestic spaces, the “material life” of slaves… Another aspect that deserves in-depth study is that of the relationship between private life and professional life, especially among the more modest classes of plebeians. This question of partial porosity, obligatory or voluntary, between domestic life and professional life remains to be explored and the specific relationship between places of work and living spaces has yet to be studied at a significant scale. To this end, an anthropological approach to the classical dwelling, allows for the investigation of the interdependencies between members of the familia and their dwellings. This in turn would allow for an expanded inquiry with a social-history component, focused on the strategies of cohabitation between agnati (male offspring) and members of the familia, as well as decisions regarding the division or combination of property.

Symposium « Reconstruction of Polychromy »

The VESUVIA research program collaborates in the organization of the symposium « Reconstruction of Polychromy » that will be held November 29th-30th – December 1st in Bordeaux Pessac, Archéopôle d’Aquitaine.

Research on Polychromy in Ancient Sculpture, Architecture and Wall-painting: the Role of Reconstructions

Trying to recover the original aspect of ancient buildings or art works is of particular interest, both in terms of research and in terms of dissemination. Although 3D geometrical reconstruction of sculptures and architecture is already a well-established domain, there is still much to be done in terms of color reproduction. Color reproduction raises methodological problems as well as epistemological ones, which invite us to reflect on the meaning and the finality of such an approach.

Rendering the original polychromy of sculpture and architecture (external or interior) brings out a whole series of difficulties: which process should be used to measure colors or to restore their materiality? Should we prefer digital approaches to material reenactments? If so, what software should we adopt and what materials and tools should we choose? What choices can be made when faced with lacunar areas? How to proceed when the works have had several distinct and successive states of polychromy during their history? In the context of cultural mediation, how can the public be taken into account without undermining the scientific value of the approach?

This international workshop aims at answering these questions and conducting a broader reflection on the intended purpose when proposing a polychrome restitution of a given work or building. We must indeed admit that we will never be able to reproduce its original state, which is definitively lost. Asking the question “How can we restore polychromy?” raises a new question: “What do you restore polychromy for?” Therefore, we will also look at the history of the restitution and the critical reception of all methods implemented.

Registration (required for all) is now available.

ProgrammePolychromy2017 : to download the program of the Workshop

Restituer les couleurs

Le rôle de la restitution dans les recherches sur la polychromie en sculpture, architecture et peinture murale

Tenter de retrouver l’aspect original des édifices ou des œuvres du passé présente un intérêt certain, tant en termes de recherche qu’en termes de valorisation. Si la restitution des volumes de l’architecture et de la sculpture est un champ déjà largement développé, celui de la restitution des couleurs reste en revanche encore à défricher. Il pose en effet un certain nombre de problèmes, tant méthodologiques qu’épistémologiques, qui invitent à réfléchir sur le sens et la finalité de la démarche.

Lorsque l’on cherche à restituer la polychromie dont étaient parées sculptures et architectures – intérieures comme extérieures –, on se heurte à tout une série de difficultés : quel(s) processus mettre en œuvre pour mesurer les couleurs, leur redonner toute leur matérialité ? Doit-on préférer l’outil numérique à des reconstitutions matérielles ? Le cas échéant, quels logiciels adopter, comment choisir ses matériaux et ses outils ? Quels choix opérer lorsque l’on est confronté à des zones lacunaires ? Comment procéder lorsque l’œuvre ou l’édifice a connu plusieurs états de polychromie distincts et successifs, au cours de son histoire ? Dans le cadre de la médiation culturelle, comment tenir compte du public de manière constructive sans entamer la valeur scientifique de la démarche ?

L’objectif de ce workshop international sera d’affronter cette série de questions en menant une réflexion plus large sur les finalités visées lorsque l’on propose une restitution en couleurs d’une œuvre ou d’un édifice anciens. Le chercheur doit en effet admettre qu’il ne pourra jamais reproduire un état d’origine, définitivement perdu. Poser la question du « Comment restituer en couleurs ? » invite donc à s’interroger aussi sur le « Pourquoi restituer en couleurs ? » Ainsi, on s’intéressera aussi à l’histoire de la restitution et à la réception critique de l’ensemble des méthodes mises en œuvre.

L’inscription (nécessaire pour tous) est désormais ouverte.

Téléchargement du programme : ProgrammePolychromy2017

MEMBRES DU COMITÉ SCIENTIFIQUE

Brigitte Bourgeois, Conservateur général, C2RMF

Harikleia Brecoulaki, Chercheur, National Hellenic Research Foundation, Institute of Historical Research

Alexandra Dardenay, Maître de Conférences, Université Toulouse Jean-Jaurès

Adeline Grand-Clément, Maître de Conférences, Université Toulouse Jean-Jaurès, IUF

Xavier Granier, Professeur, Institut d’optique graduate school

Ulrike Koch-Brinkmann, Archéologue, Frankfurt am Main

Paolo Liverani, Professeur, Università degli Studi di Firenze

Maud Mulliez, Postdoc, Docteur en histoire de l’art et archéologie

Jan Stubbe Østergaard, Conservateur émérite

Agnès Rouveret, Professeur, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense

Giovanni Verri, Maître de Conférences, The Courtauld Institute of Art

COORDINATION SCIENTIFIQUE

Maud Mulliez

Contact : polychromy17@gmail.com

 

VESUVIA au Salon Innovatives CNRS 2017

Le salon Innovatives du CNRS – salon de la valorisation en Sciences Humaines et Sociales – s’est tenu à Marseille les 17-18 mai 2017.

Une visite virtuelle du triclinium de la Casa di Nettuno ed Anfitrite à Herculanum était proposée aux visiteurs sur le stand de l’UMS Archéovision.

Avec un dispositif comprenant un casque de réalité virtuelle et une manette de déplacement, l’utilisateur est plongé dans l’espace restitué du triclinum tel qu’il se présentait en 79 ap. J-C.

Une des valeurs ajoutées du modèle 3D créé par Archéovision pour VESUVIA, est qu’il établit une relation entre les décors et les sources historiques et archéologiques sur lesquels nous nous appuyons pour la réalisation des infographies. La manette permet à l’utilisateur de pointer vers les éléments de décor ou de mobilier de son choix, pour obtenir l’ouverture d’une fenêtre virtuelle affichant les sources (document d’archives, photo anciennes, gravure du XVIIIe siècle…)

Restituer Herculanum: des archives de fouilles aux reconstitutions 3D. Contribution à l’étude des maisons herculanéennes

Samedi 5 novembre 2016, Toulouse,

à la Société de géographie de Toulouse
Hôtel d’Assézat, 7 place d’Assézat (métro Esquirol ou Carmes).

 Restituer Herculanum: des archives de fouilles aux reconstitutions 3D. Contribution à l’étude des maisons herculanéennes

 Journée d’étude  organisée par  A. Dardenay (TRACES) & A. Grand-Clément (PLH-ERASME) dans le cadre du programme ANR VESUVIA (ANR-13-JSH3-0005)

Les nouveaux moyens informatiques (imagerie virtuelle 3D, réalité augmentée,…) permettent désormais de produire des restitutions d’édifices antiques qui aident les historiens à mieux appréhender la fonctionnalité de ces espaces et le rôle joué par le décor dans les « modes d’habiter » des Anciens. Mais, pour parvenir à des reconstitutions aussi complètes et fiables que possible, il faut travailler avec prudence et rigueur, en rassemblant l’ensemble de la documentation disponible. Dans le cas de sites ou de maisons fouillés depuis longtemps, par exemple, il est nécessaire de recourir aux informations livrées par les archives (carnets de fouilles, correspondances scientifiques, inventaires de musées, témoignages de voyageurs, premières publications dans les « musées de papier », plans, photographies, dessins…).

Le cas d’Herculanum, ensevelie en 79 de notre ère par les nuées ardentes rejetées par le Vésuve, fournit à cet égard un terrain d’expérimentation fécond. Découvert au début du XVIIIè s., avant Pompéi, le site archéologique a joué un rôle déterminant dans l’histoire de la réception de l’Antiquité romaine dans le monde européen, à plusieurs égards : il a suscité à la fois l’intérêt des érudits, la convoitise des autorités politiques et l’engouement du grand public. Herculanum a ainsi fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles successives, dont l’histoire, bien documentée par des archives, permet de suivre la naissance et le développement de l’archéologie, jusqu’au XXè s. Les découvertes qui y sont effectuées sont largement médiatisées ; elles enrichissent la connaissance de l’habitat, de la société et des manières de vivre des Romains, et contribuent aussi à influencer les pratiques artistiques et même les modes de vie des Européens. Il s’agit d’une des étapes privilégiée du Grand Tour, avec Pompéi : de nombreux voyageurs et artistes ont visité le site, impressionnant par la qualité de conservation des maisons, plus grande qu’à Pompéi (étages, mobilier en bois,…). Pourtant, à la différence de cette dernière, Herculanum n’a pas fait l’objet d’une enquête d’envergure.

Voilà pourquoi le programme de recherche VESUVIA travaille depuis deux ans sur l’habitat d’Herculanum et son décor peint. L’objectif est de reconstituer les différentes étapes de l’architecture et de l’ornatus des maisons et de comprendre l’organisation sociale et l’articulation entre les édifices, au sein d’un même quartier. Une des étapes nécessaires consiste donc à rassembler toute la documentation disponible afin de reconstituer le plus finement possible l’histoire du site et de sa découverte. C’est dans ce cadre que l’équipe PLH-ERASME, spécialisée dans le domaine de la réception de l’Antiquité, s’est trouvée associée au projet. L’objet de la table ronde, qui rassemblera les différents partenaires impliqués dans VESUVIA, sera de faire le point sur les procédures permettant, depuis l’enquête sur le terrain ou en archive, de parvenir à reconstituer l’apparence intérieure des différentes pièces des maisons, en y associant leur décor et les éléments de mobilier. Quelle est la nature de la documentation archivistique (graphique ou écrite) disponible ? Comment l’utiliser au mieux ? Dans quelle mesure la façon dont une maison a été fouillée a-t-elle des incidences sur notre connaissance actuelle de l’édifice ? Les enjeux sont donc bien en partie d’ordre historiographique et méthodologique. En s’intéressant à la variété des documents d’archives, du XVIIIè au XXè s. et à la façon dont ils éclairent l’histoire du site et permettent de reconstituer l’état d’Herculanum lors de son ensevelissement, on réfléchira à la manière dont la science archéologique s’est développée, en adaptant ses méthodes, ainsi qu’aux conséquences des découvertes effectuées, qui ont affecté la tradition européenne et modifié l’image que l’on avait alors de l’Antiquité.

Pour tenter d’apporter un éclairage nouveau et original sur l’histoire des fouilles d’Herculanum et sa réception depuis le XVIIIè s., nous avons choisi de prendre l’exemple de deux maisons, qui permettent d’étudier et de comparer des cas de figure différents : la Maison d’Argos et la Maison de Neptune et Amphitrite. La première, une grande demeure découverte en 1828, possédait à l’époque un étage encore en place, qui s’est depuis écroulé, mais que l’on peut connaître grâce aux documents d’archive. La manière dont elle a été fouillée nous renseigne bien sur les méthodes de travail et préoccupations des archéologues du XIXè s. et les restaurations dont elle a pu faire l’objet témoignent des soucis de conservation qui émergent alors. Quant à la Maison de Neptune et Amphitrite, fouillée et étudiée par Maiuri (XXè s.) elle est suffisamment documentée pour permettre une restitution 3D aussi complète que possible des décors et du mobilier disparus.

La table ronde permettra de confronter les modes opératoires mis en œuvre, depuis la collecte des documents d’archive jusqu’aux restitutions infographiques nécessaires à la modélisation 3D (on pourra notamment réfléchir à l’intégration des documents d’archives dans la modélisation 3D).

Le programme est disponible ici : Programme » Restituer Herculanum » 5 novembre

Nous adressons nos remerciements les plus sincères et chaleureux à la Société de géographie de Toulouse pour son hospitalité.