Archives par mot-clé : anthropologie historique

Colloque Anthropologie de l’Habitat romain/ Anthropology of Roman Housing

Anthropologie de l’habitat romain

Anthropology of Roman Housing

Rencontre internationale,

Ecole française de Rome,

25-26 juin 2018

 

Workshop_Vesuvia-2018-Programme

Lundi 25 juin

9h : Accueil des participants

Saluti — Nicolas Laubry

9h15-9h45 : Introduction — Alexandra Dardenay

9h45-13h15 : Session 1 — Flexibilité et multifonctionnalité des espaces domestiques : questions d’identification et de désignation

Session 1 – Flexibility and multifunctionality of domestic spaces: issues of identification and designation

9h45-10h15 : S. Zanella (Université de Montpellier), L’archéologie des espaces domestiques, fonctions et dénominations : un point sur la question.

10h15-10h45 : A. Anguissola (Università di Pisa), Domus or Villa? Space and Society in the Terrace Houses of Pompeii

10h45-11h30 : E. Proudfoot (University of Oxford), Locating the ‘Hibernacula‘ in Campanian Atrium-Peristyle Houses: the Evidence from Pompeii.

11h30-11h45 : Pause café

11h45-12h15 : J. Andrews (University of Reading), Rooms with a view: status, spatial hierarchy and seasonality in the upper floors of houses at Herculaneum.

12h15-12h45 : A. Coralini (Università di Bologna), Lucrum facere: strategie d’uso degli spazi domestici nell’ultima Pompei.

Discussion de la session 1

13h15-14h30 : Pause déjeuner

14h30-18h : Session 2 — Le quotidien des espaces domestiques : usages et perceptions

Session 2- The everyday life of domestic spaces: uses and perceptions

14h30-15h00 : P. Lohmann (Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg), Written interactions – approaching daily life and domestic space through graffiti.

15h00-15h30 : M. Mauger (Université de Brest), Cultes domestiques et habitat modeste : perception et délimitation de l’espace de vie.

15h30-16h : Th. Derrick (University of Leicester), Domestic Sensory Archaeology in Rome’s Northern Provinces

16h15-16h45 : A. Bouet (Université de Bordeaux-Montaigne), La maison par le petit bout de la lunette : les latrines en contexte domestique

Discussion de la session 2

Mardi 26 juin

9h30-13h30 : Session 3 – Les espaces domestiques et leurs occupants : entre vestiges matériels et structuration des unités familiales

Session 3 – Domestic spaces and their occupants: between material remains and the structuring of family units

9h30-10h00 : J. Bermejo Tirado (Universidad Carlos III de Madrid),  House form and Household structure in the cities of Roman Celtiberia

10h-10h30 : R. Berg (University of Helsinky), Locating Female Presence and Use of Toiletries in Pompeian Houses

10h30-10h45 : Pause café

10h45-11h15 : M. Zarmakoupi (University of Pennsylvania), Between public and private: The Italian houses of late Hellenistic Delos

11h15-11H45 : M. Tirel (Université de Rennes),  Des morts chez les vivants ! Les nouveau-nés et les nourrissons inhumés au sein des espaces domestiques de Gaule romaine

11h45-12h15 : Discussion de la session 3

12h15-12h45 : Conclusions par Vincent Jolivet (CNRS)

 

Présentation

À l’heure où l’on s’interroge sur le lien social, sur l’influence de l’architecture dans les modes de vie et sur les relations entre les quartiers, la rencontre se propose d’aborder l’étude des « modes d’habiter » dans l’espace urbain à l’époque romaine.
C’est sous l’influence de Vitruve, notamment, que les études sur l’habitat romain envisagent la maison essentiellement comme espace de représentation ou de mise en scène, en se focalisant sur la maison des élites et excluant de facto l’essentiel des habitations. Ces dernières années, la dénonciation des limites de la terminologie vitruvienne dans la dénomination des espaces de la domus et la structuration de l’espace domestique revient régulièrement sous la plume des chercheurs, mais sans que des alternatives pleinement satisfaisantes y aient été apportées. Deux axes principaux de recherche ressortent de la littérature scientifique actuelle : d’une part, les questions de planimétrie, de typologie, de dénomination des espaces, de juridiction (rapports entre droit romain et construction privée) : d’autre part, la place de la culture matérielle dans l’espace domestique et son rôle dans la définition de la fonction des espaces.
Pourtant, une grande partie de l’habitat urbain d’époque romain attend toujours une étude globale, non seulement architecturale mais aussi et surtout sociologique et anthropologique. Diverses approches ou objets suscitent par ailleurs un intérêt croissant : les gender studies, l’analyse des sanitaires domestiques, les odeurs dans la maison, l’analyse des mouvements dans l’espace domestique, la vie « matérielle » des esclaves, la saisonnalité de l’occupation des espaces etc. Il faut y ajouter la question de l’articulation entre vie privée et vie professionnelle, notamment chez les plus modestes des plébéiens, et la porosité partielle, contrainte ou volontaire, entre elles dans les espaces d’habitat reste à encore approfondir. L’approche anthropologique sur l’habitat antique permet de questionner les interdépendances entre les membres de la familia et leurs habitations, ouvrant ainsi l’enquête sur plusieurs aspects d’histoire sociale, comme par exemple la vie conjugale, les stratégies de cohabitations entre agnats et membres de la familia ou les décisions de fractionnement ou de fusion du patrimoine.

Summary

At a time when we reflect much on the issue of social cohesion, on the influence of architecture in lifestyles and on relationships between neighborhoods within large modern cities, our project aims to approach the study of « inhabitating modes » in roman urban dwellings.
It is under the influence of Vitruvius that studies of the Roman dwelling essentially frame the house as a staging area or background for representation, focusing on the homes of elites and excluding, de facto, the majority of dwellings within the field of study. In recent years, there has been growing criticism of the limits of Vitruvian terminology in the description of the spaces within the domus and the structuring of domestic space, but no fully satisfactory alternative has yet been proposed. Two main axes of research have emerged from this line of inquiry: on one hand questions of planning and layout, typology, terminology, and jurisdiction (the relationship between Roman law and private construction); on the other hand the place of material culture in the domestic space and its role in the definition and function of these spaces.
To put it another way, at present, the large majority of Roman urban dwellings has yet to be studied in a holistic manner (architectural, sociological, anthropological), in spite of the great potential for such studies. This field of study is currently undergoing a period of disciplinary revitalization driven by intersecting interests in (for instance) gender studies, the odors of the house, the organization of space and the analysis of movement in domestic spaces, the “material life” of slaves… Another aspect that deserves in-depth study is that of the relationship between private life and professional life, especially among the more modest classes of plebeians. This question of partial porosity, obligatory or voluntary, between domestic life and professional life remains to be explored and the specific relationship between places of work and living spaces has yet to be studied at a significant scale. To this end, an anthropological approach to the classical dwelling, allows for the investigation of the interdependencies between members of the familia and their dwellings. This in turn would allow for an expanded inquiry with a social-history component, focused on the strategies of cohabitation between agnati (male offspring) and members of the familia, as well as decisions regarding the division or combination of property.

VESUVIA

Ce carnet permettra de présenter l’actualité et les résultats du programme de recherches ANR VESUVIA (Vivre Ensemble. Urbanisme et Société d’une ville de l’Italie Antique).

À l’heure où l’on s’interroge sur le lien social, sur l’influence de l’architecture dans les modes de vie et sur les relations entre les quartiers au sein des grandes villes actuelles, notre projet se propose d’aborder l’étude des « modes d’habiter » au début de l’empire romain. Le cas d’Herculanum (en Italie du sud) constitue à cet égard un laboratoire privilégié pour mener l’enquête. Disparue lors de l’éruption du Vésuve de 79 ap. J.-C. qui enfouit également Pompéi, cette cité antique a été jusqu’ici relativement écartée des études archéologiques et historiques au profit de sa célèbre voisine.

À ce jour, la plupart de ses édifices restent encore inédits et il n’existe aucune synthèse générale récente proposant une approche globale de l’habitat et du mode de vie de la société herculanéenne. Pourtant, les conditions exceptionnelles de conservation du site archéologique et l’abondance de la documentation archivistique permettraient d’entreprendre une analyse systématique des bâtiments, du mobilier et du décor peint et sculpté, restituables dans leur contexte d’origine : autant de données susceptibles de nourrir une étude de plus grande envergure sur des problématiques relevant des sciences sociales et historiques, et engageant l’étude du cadre de vie, du tissu social, ainsi que des spécificités d’Herculanum par rapport aux autres cités campaniennes, et notamment Pompéi. Mené par une équipe européenne (France-Italie) et interdisciplinaire (archéologie, archéométrie, histoire ancienne, histoire de l’archéologie, histoire de l’art, anthropologie historique), ce programme de recherches permettra de travailler par étapes, en menant à bien :

1- Une étude systématique des structures architecturales et des décors de la cité d’Herculanum

2- Un protocole d’analyse des éléments de culture matérielle en contexte dans une optique socio-culturelle (connaissance du milieu social et de ses habitants)

3- Un dispositif de valorisation du patrimoine d’Herculanum et de lecture restituée du cadre de vie, à travers des restitutions 3D des bâtiments.

4- Un examen des logiques habitantes et de leurs effets temporels, sociaux, idéologiques et spatiaux.